"En amour comme à la guerre, pour conclure, il faut se voir de près". C'est ce que veut mettre en lumière la ministre des Armées : "L'espace exo-atmosphérique (au-delà de l'atmosphère) est devenu le théâtre de rivalités des grandes puissances." Un satellite militaire russe aurait éjecté un projectile cinétique à haute vitesse le 15 juillet dernier. Il en va donc de notre souveraineté nationale. trajectoires du satellite espion Luch Olymp, au plus près du satellite franco-italien Athena-FidusMais à quoi bon risquer de s'approcher ainsi ? Ce gros bébé (3 tonnes) possède 14 antennes permettant des télécommunications à très haut débit (3 gigabits par seconde) et surtout cryptées (en "bande K"). L’astronef russe a en effet utilisé ses propulseurs pour se placer à une distance variant de 150 à 300 kilomètres d’USA 245, et si elle peut paraître importante, elle est relativement dérisoire lorsqu’on parle d’orbite terrestre…Something to potentially watch: Cosmos 2542, a Russian inspection satellite, has recently synchronized its orbit with USA 245, an NRO KH11.“Même si la portée oscille, l’orbite relative est échelonnée de manière à ce que la distance la plus proche soit lorsque les satellites se trouvent en plein soleil (c’est-à-dire visibles par observation optique) et que la distance la plus éloignée soit quand les deux satellites sont en éclipse”, a expliqué Michael Thompson. Un mystérieux satellite russe aurait explosé dans l'espace, selon Metro UK. C'est une lourde accusation qui aurait pu provoquer un incident diplomatique. "Nous suivons ce satellite russe Luch Olymp depuis plusieurs mois et, contrairement aux autres qui se trouvent à un endroit précis au-dessus de la Terre, celui-ci butine d'un point à un autre, indique une source en interne. Pour nous, indéniablement, il s'agit d'un vaisseau inspecteur, créé pour espionner." La maxime attribuée au stratège militaire Bonaparte raisonne jusqu'au firmament depuis que, le 7 septembre à Toulouse, la ministre des Armées a ouvertement reproché à la Russie d'avoir espionné un satellite français.

Le satellite russe Luch Olymp a bien essayé de pirater notre satellite militaire Athena-Fidus.

“Ce sont toutes des preuves circonstancielles, mais cela fait beaucoup de circonstances qui donnent l’impression qu’un satellite d’inspection russe connu soit en train d’inspecter un satellite espion américain connu”, a conclu Michael Thompson.The relative orbit is actually pretty cleverly designed, where Cosmos 2542 can observe one side of the KH11 when both satellites first come into sunlight, and by the time they enter eclipse, it has migrated to the other side.

Tencent entre au capital de Voodoo, pépite française du jeu vidéoAmazon au coeur d’une nouvelle enquête antitrust, cette fois en AllemagneFirefox : Mozilla et Google renouvellent leur accord commercialLivre Blanc : Comment les dirigeants de PME mènent-ils leur entreprise en 2020 ?Australie : Google s’adresse aux citoyens pour combattre le projet de loi visant à protéger les médiasTesla offre une densité révolutionnaire aux batteries nouvelle générationTencent entre au capital de Voodoo, pépite française du jeu vidéo D'où l'urgence à développer les moyens de surveiller et d'agir dans l'espace.

Autrement dit, Kosmos 2542 a la possibilité d’épier les deux côtés d’USA 245, dont les activités sont classées secret défense par le gouvernement des États-Unis.D’après ces observations, l’explication la plus plausible est qu’il soit bel et bien en train d’espionner le satellite américain à l’aide de différents outils et capteurs. Sauf que Florence Parly dispose de preuves dont une série de photographies que s'est procurée l'Express. Le satellite Athena-Fidus, lancé en 2014, compte parmi les plus sophistiqués dont dispose la France. La guerre des étoiles ne fait que commencer. Il sert avant tout de relais pour gérer les situations de crise sur les terrains où se trouvent nos troupes, notamment pour réaliser des visioconférences, établir des diagnostics médicaux à distance ou surtout, réceptionner les images acquises par nos drones. Il a été placé en orbite au mois de novembre dernier et est destiné, en principe, à inspecter d’autres satellites russes.Pourtant, un expert en aérodynamique et en satellites nommé Michael Thompson a récemment décrit dans un thread Twitter comment Kosmos 2542 s’était rapproché d’USA 245 de manière suspecte. Il a fait plusieurs tentatives d'approche avant de repartir et visiter d'autres cibles. Certes, l'image (ci-dessous) de trajectoires se résume à trois minuscules points perdus dans le vide spatial, mais elle montre la position très rapprochée entre les deux vaisseaux.

Le satellite de télécommunication Athena Fidus lors de son lancement en février 2014 (vue d'artiste)"En amour comme à la guerre, pour conclure, il faut se voir de près". L'un des six télescope au sol du réseau GEOTracker développé par ArianeGroupReste que cet épisode d'approche "inamicale" dénoncé par Florence Parly n'est Cette menace est donc prégnante. Espace Pour exercer vos droits, consultez notre Offre spéciale été - 2 mois pour 1€, sans engagement Chaque matin à 8 heures, recevez l'essentiel de l'actualité pour bien démarrer la journéeVotre adresse e-mail nous permettra de vous envoyer les newsletters auxquelles vous vous êtes inscrit. "Plus vous êtes près, plus il est facile d'intercepter les informations", indique le spécialiste. Florence Parly dénonce une tentative d’espionnage d’un satellite russe KGB La ministre des Armées a expliqué cet épisode de 2017 lors d’un déplacement à Toulouse… 20 Minutes avec AFP Le second s’appelle Kosmos 2542 et est russe. Bien qu’aucune preuve concrète ne le démontre, il semble bel et bien qu’il s’agisse d’un acte délibéré destiné à espionner l’astronef américain. Récemment, un satellite russe s’est positionné étonnamment près de l’un de ses homologues américains. Le Kosmos-2491 a été lancé en 2013 pour une mission secrète. En l'occurrence, la ministre a affirmé qu'aucune "donnée sensible" n'avait été exploitée par les Russes.

Il y a peu, la Le Kremlin ne divulguera probablement aucune information concernant les agissements de Kosmos 2542, mais ce dernier devrait rester dans le sillage d’US 245 encore quelques mois. Le premier est américain et surnommé USA 245, il a été lancé en 2013 et appartient au National Reconnaissance Office (NRO), une agence du renseignement qui se charge, entre autres, de mettre en opération les satellites espions du pays. En juillet dernier, Emmanuel Macron annonçait la création d’un Recevez chaque matin un retour vers le futur du numérique par Siècle DigitalKosmos 2542 a dévié de sa trajectoire pour se rapprocher USA 245… mais pourquoi ?