L’arrivée des premiers neuroleptiques, en 1953, constitue aussi une avancée pour les malades, et pour les soignants. Découvrez nos newsletters complémentaires Une histoire particulière, un récit documentaire en deux partiesRéécouter Saint-Alban, lieu d’hospitalité (2/2) : Une révolution psychiatriqueLes patients et les soignants de l’hôpital de Saint-Alban en vacances au bord de la mer, avec la camionnette du club thérapeutique, 1970. La conjonction de connaissances scientifiques renouvelées, d’ouverture et d’échanges intellectuels donnera naissance aux prémices de la psychothérapie institutionnelle. Coordonnées de manière réfléchie et collective, ces activités où chacun est tout autant protégé que responsabilisé, semblent avoir aussi un effet positif sur l’état psychique des patients.

Nourrir les malades est la priorité. L’hôpital n’est plus pensé comme un lieu d’enfermement, mais comme un lieu de vie, de société, ouvert sur la cité. Etat des lieux inédit du scénario et des conditions de travail et de vie des scénaristes de cinéma en France. Revendiquée diversement par Jean Oury, Félix Guattari, Georges … Écouter Archive INA : Saint Alban sur Limagnole : l'esprit d'un lieu. L’arrivée des premiers neuroleptiques, en 1953, constitue aussi une avancée pour les malades, et pour les soignants. L’hôpital semble comme dévitalisé, à l’image de tant d’autres hôpitaux psychiatriques en France. A la fin de la guerre, les artistes, les juifs et les résistants venus trouver refuge à Saint-Alban quittent l’asile, regagnent le monde extérieur, leurs carrières. On l’appelle : psychothérapie institutionnelle. Les fous et les soignants restent. Mais la psychothérapie institutionnelle n’est pas morte, elle continue d’exister, de se développer ailleurs, à la Clinique de La Borde fondée par Jean Oury (1924-2014), au Centre Artaud de Reims, ... Un documentaire de Cécile Hamsy pour France Culture. Leurs récits s’articulent avec les éclairages de Patrick Chemla, fondateur du Centre Antonin Artaud de Reims, et de Marie Bonnafé, psychiatre psychanalyste, et fille unique de Lucien Bonnafé.-  Le film de Nicolas Contant et du groupe cinéma du Centre Artaud, -Le film de François Pain, Jean-Claude Polack et Danielle Sivadon, - Une série d’articles sur l’histoire de l’hôpital de Saint-Alban signée Eric Favereau et Philippe Artières parue dans le journal Ici, les malades et les soignants se sont organisés, ont travaillé ensemble aux champs, à la ferme, à l’atelier de menuiserie, de mécanique … Certains malades ont révélé des talents et des savoirs insoupçonnés. Accueillir et soigner la souffrance psychique de la personne - 2e éd : Introduction à la psychothérapie institutionnelle (Psychothérapies) (French Edition) eBook: Pierre Delion: Amazon.co.uk: Kindle Store • Bourg, J. Comment l’évolution de nos modes de vie bouscule-t-elle...

L’engagement dans une vie de couple est-il compatible avec nos exigences de réalisation personnelle ? Il compte alors près de 400 patients et presque autant de soignants. « Notes sur la psychothérapie institutionnelle en 1968 », L'information psychiatrique, n° 2. "Nietzsche : "J’adresse un pot de confiture pour me débarrasser d’une histoire qui tourne au vinaigre. Ensuite, il demande au personnel hospitalier de travailler de pair avec les patients pour qu'ils se sentent mieux sur le plan psychique. Jeune diplômé en psychiatrie, il rejoint l’hôpital de Saint-Alban-sur-Limagnole en Lozère.